Mis à jour le 21.09.2017

Le menhir de Morville

Position de Ozo sur la carte. Échelle.
Le menhir de Morville vu depuis le nord.

Le menhir de Morville vu depuis le nord.

Repéré au début des années 1990 et fouillé en 1995, le petit bloc de poudingue (coordonnées Lambert : X = 232,550, Y = 114,850) qui dépassait à peine de la surface d'un champ situé à l'ouest du hameau de Morville a pu être interprété comme un menhir en raison de sa disposition sur chant, de la présence d'une fosse d'érection et de blocs de calage ainsi que de son insertion dans un des alignements mégalithiques de Wéris.

Dans le détail, le site se composait de divers éléments :

  • le bloc lui-même, dont la longueur maximale n’est que de 110 cm ;
  • la fosse d’érection dans laquelle se dressait la base du bloc. Ses contours correspondaient assez bien à ceux du bloc du côté nord et à ses extrémités, tandis que du côté sud-ouest, ses limites étaient plus floues. Le fond de la fosse, nettement induré sous le poids du bloc, composait un liseré de compression résistant à la truelle. Le remplissage de la fosse, composé de limon, comprenait six petites pierres de poudingue disposées autour de la base du bloc, toutes sensiblement au même niveau ; il s’agit des blocs qui ont servi à caler la pierre en position verticale ;
  • un empierrement de 1,8 m sur 0,75 m a été décelé à environ 1 m au sud de la pierre. Il semble s’agir d’une structure associée au monument.
Le menhir de Morville dans sa fosse d'érection néolithique.

Le menhir de Morville dans sa fosse d'érection néolithique. Vue depuis le nord.

Aucun objet archéologique n'a été trouvé lors de la fouille, ni dans la fosse, ni sur ou dans l'empierrement, ni aux alentours.

A la fin de la fouille, le bloc mégalithique de Morville a été déplacé de 4 m vers le sud-sud-ouest, à la demande de l'exploitant de la prairie et pour assurer sa préservation et sa mise en valeur. Il a été placé en bordure du chemin agricole voisin, tout en restant dans l'alignement mégalithique. Sa base a été scellée dans une chape de béton recouverte de terre. Le déplacement du menhir a été réalisé selon la technique classiquement rapportée aux bâtisseurs néolithiques, c'est-à-dire en faisant basculer la pierre sur des rondins qui eux-mêmes roulaient sur deux troncs d'arbre disposés longitudinalement à la manière des rails de chemin de fer. Vu le faible poids de la pierre, quelques centaines de kilos à peine, deux personnes tirant des cordages attachés au bloc ont suffi à assurer sans problèmes la traction et ce malgré une très légère pente à gravir.

Déplacement du menhir vers le bord du chemin.

Déplacement du menhir vers le bord du chemin.

Pour en savoir plus

Article non dispo­nible.

Toussaint M. & Hubert F., 1995. Recherches 1995 au champ mégalithique de Wéris : le menhir de Morville. Notae Praehistoricae, 15, p. 113-121.

Article non dispo­nible.

Toussaint M. & Hubert F., 1997. Durbuy/Wéris : le menhir de Morville. Chronique de l’Archéologie wallonne, 4-5, p. 139-140.

Article non dispo­nible.

Toussaint M. & Hubert F., 1998. Morville, un nouveau menhir au champ mégalithique de Wéris, Durbuy (province de Luxembourg). Namur, Division du Patrimoine (Etudes et Documents, Archéologie, 5), p. 79-87.
Vignette de la première page de l'article.
Toussaint M., Pirson S., Frébutte C. et Valotteau F., 2005. Critères d’identification des menhirs dans la Préhistoire belgo-luxembourgeoise. Bulletin de la Société préhistorique française, 102, 3, p. 597-611.