Mis à jour le 28.04.2017

La « cuvelée du Diable » à Forrières

Position de Forrières sur la carte. Échelle.
Le site de Forrières.

Trois des six blocs subsistants.

Un énigmatique ensemble mégalithique composé de dix-huit blocs de grès s’élevait jadis à Forrières (province de Luxembourg), au lieu-dit Inzomet, un promontoire schisteux étiré entre deux petits ruisseaux, à environ 1,6 km au sud de l’allée couverte de Lamsoul. D’après les observations faites au milieu du 19e siècle par J.-B. Geubel, le monument, dénommé Cuvelée du Diable ou encore Pierre du Diable, était :

un assemblage de six Dol-men, formant à peu près un cercle, composés chacun de trois pierres l’une formant la table sur les deux autres. Les tables ont été renversées et chacune d’elles est encore appuyée contre ses bâses (sic).

Pour cet auteur, il s’agit d’un

monument qui doit appartenir au druidisme […] Comme il n’y a que 17 pierres, je me suis informé du sort de la 18e et l’on m’a dit qu’il y a très longtemps, elle avait servi à l’empierrement du chemin qui longe cette colline.

À la même époque, Geubel dénonce les dommages faits au monument et réclame sa protection, mais son achat par l’Etat belge est alors refusé, ce qui eut des conséquences malencontreuses : onze des dix-sept pierres subsistantes ont été détruites entre le refus d’achat et 1890. Les derniers vestiges de cet ensemble malheureusement ruiné, soit six pierres de 1 à 2 m de longueur, sont finalement acquis par l’État en 1949 et classés un quart de siècle plus tard. D’après la légende, un trésor est caché sous le plus gros bloc.

Dessin ancien du site de Forrières.

Croquis publié par Geubel en 1851.

C’est à la fin du mois d’août 1897 qu’eurent lieu les seules fouilles jamais menées sur le site. Elles n’ont fourni aucune précision sur l’époque de la construction et sur son attribution culturelle. Les seuls documents archéologiques récoltés sont deux petits morceaux de silex, des fragments d’os et quelques morceaux d’une poterie faite au tour et qui paraît être belgo-romaine. De nombreuses questions subsistent au vu de si laconiques descriptions. Le croquis publié par Geubel (voir ci-contre) montre deux blocs fichés dans le sol et une dalle appuyée à 55° contre l’un d’eux. A-t-on vraiment affaire à un trilithe ruiné ? Pourquoi Geubel n’a-t-il pas représenté les cinq autres dol-mens qu’il dit avoir observés ? N’a-t-il pas supposé un peu vite que tous les blocs du site s’organisaient en trilithes comme celui qu’il croyait observer ? Par la suite, la Cuvelée du Diable a été considérée comme les ruines d’un dolmen puis, revenant à l’esprit de la description de Geubel, comme un cromlech évoquant Stonehenge. De telles interprétations dépassent probablement le potentiel informatif des vestiges du monument, apparemment en grande partie perdu pour l’archéologie. La date même de la construction reste très incertaine, même si on l’a souvent attribuée à l’Âge du Bronze.

En fait, seules de nouvelles fouilles pourraient peut-être apporter des informations susceptibles d'élucider toutes les questions que pose encore le monument.

Le site de Forrières.

Le promontoire schisteux avec, sous le bosquet de droite, les six blocs de pierre.

Pour en savoir plus

Article non dispo­nible.

Cloquet L., 1890-1891. Des dolmens en Belgique et spécialement des dolmens de Wéris et de Forrières, Bulletin de la Société d’Anthropologie de Bruxelles, IX, p. 80-96.

Article non dispo­nible.

de Loë A., 1903. Fouilles au pied des « Pierres-du-Diable » à Forrières, Bulletin des Commissions royales d’Art et d’Archéologie, XLIII, p. 122-124.

Article non dispo­nible.

Geubel J.-B., 1851. Note sur l’existence de monuments des anciens cultes dans la forêt ardennaise, Annales de la Société pour la conservation des monuments historiques et des oeuvres d’art dans la province de Luxembourg, 1, p. 85-96.

Article non dispo­nible.

Warmenbol E., 1993. L’occupation pré- et protohistorique de la Calestienne orientale, De la Meuse à l’Ardenne, 16, p. 199-211.

Article non dispo­nible.

Delcourt M., Simon C. & Vlaeminck J., 1987. Le complexe S.O.M. de Brunehaut, Bulletin de la Société tournaisienne de Géologie, Préhistoire et Archéologie, numéro spécial, 88 p.