Mis à jour le 02.03.2017

Bouches-du-Rhône (France) : les hypogées protohistoriques d’Arles et Fontvieille

Icône actu française Les hypogées d’Arles et de Fontvielle, peu connus du public mais évoqués dans toutes les grandes synthèses d’archéologie européenne, constituent l’un des fleurons mégalithiques de la Préhistoire et de la Protohistoire françaises. Ce sont des cavités artificielles creusées de main d’homme dans la roche de la montagne des Cordes et du plateau du Castelet pour servir de sépulcre à des populations ayant vécu lors du Néolithique finissant, entre 3 300 et 2 000 avant notre ère.

La photo de couverture de cette publication

Un ouvrage de Jean Guilaine et des ses collaborateurs vise à réhabilite ces édifices, à en dresser un bilan photographique et à en présenter les vestiges. Il les insère en outre dans le contexte des sociétés méditerranéennes qui, au IVe et IIIe millénaires avant J.-C., ont également eu recours pour leurs défunts à des tombeaux taillés dans le roc. Les hypogées protohistoriques de la Méditerranée : Arles et Fontvieille, par J. Guilaine, J.-C. Golvin, G. Sauzade, X. Margarit & M. Azéma, 2015. Arles, Errance, 334 p + un DVD. EAN 978287725446, 45 €.

Pour en savoir plus, voir les sites d’Actes Sud, de Hominidés ou encore de Espace Culturel E.Leclerc